Permis de tuer – 1989

ltk

Le film Permis de tuer a fait l’objet d’une novélisation par John Gardner, dont l’histoire reprend le scénario du film écrit par Richard Maibaum et Michael G. Wilson. Elle a été publiée en 1989 par Coronet sous le titre de Licence to Kill et en France aux éditions Presses Pocket (1989) sous le titre de Permis de tuer avec une traduction signée Odile Ricklin. Il s’agit de la première novélisation de l’auteur.

Synopsis

Le congé de James Bond s’annonçait idéal. Le soleil de la Floride et la certitude de rencontrer de somptueuses créatures au mariage de son vieil ami Felix Leiter. Mais la fête s’achève dans un bain se sang.

Franz Sanchez, l’organisateur de ce massacre, est-il réellement intouchable ? Ce baron de la drogue qui est capable de jeter ses ennemis en pâture aux requins règne sur un vaste empire criminel où seul sa propre loi compte : Plomo o Plata (le plomb où l’argent).
Mais James Bond peut-il encore obéir à ses supérieurs lorsqu’il s’agit de venger un ami ?

– Vous ne semblez pas comprendre les autres dangers que recèle la situation. Vous êtes en train d’assouvir une vengeance personnelle, ce qui risque de compromettre le gouvernement de Sa Majesté. Cela doit cesser immédiatement. Vous êtes présentement affecté à une mission donnée, et j’entends que vous la meniez à bien avec cette objectivité et ce professionnalisme dont vous avez fait preuve à maintes reprises par le passé.
Un silence tendu seulement perturbé par un rire venant de la rue suivit cette mise en demeure. Bond serrait les dents. Il allait devoir prendre l’une des décisions les plus difficiles de son existence.
– Dans ce cas, vous avez ma démission monsieur, trancha-t-il.
– Nous ne sommes pas au country club, Bond. Ni dans votre club londonien.
Bond emplit ses poumons et attendit, défiant son supérieur du regard.
– Très bien, déclara finalement M d’un ton cassant. Démission acceptée. Elle prend effet immédiatement. Vos autorisations vous sont révoquées et tout ce que cela implique. Je n’ai pas besoin de vous rappeler que vous êtes toujours lié par la loi sur les secrets d’État…
– Comme n’importe quel citoyen britannique, monsieur. On l’oublie parfois.
M ignora l’interruption.
– Et maintenant, veilliez me remettre votre arme, acheva-t-il en tendant la main.
Après une courte hésitation, Bond haussa les épaule et tira son automatique de son étui.
– Je suppose que le moment de l’adieu aux armes est venu, dit-il d’un ton fataliste.

Permis de tuer
John Gardner

Différences avec le film

La novélisation reprend fidèlement le scénario du film tout en incluant presque toutes les scènes coupées. Vu que film est inspiré de plusieurs récits de Ian Fleming, Gardner a essayé de respecter la continuité avec les précédents romans en précisant que c’est la seconde fois que Felix Leiter se fait mutiler par un requin, la première étant dans le roman Vivre et laisser mourir. Cependant l’auteur semble s’emmêler les pinceaux puisqu’il précise que Leiter avait également perdu sa première femme lors des évènements de Vivre et laisser mourir, ce qui n’est pas le cas.

Ce souci de continuité pose un autre problème dans la mesure où il n’y a aucune mention au Milton Krest qui est mort sur le Wawekrest de la nouvelle Le Spécimen rare de Hildebrand.

Au point de vue des ajouts, la novélisation précise donc que c’est la seconde fois que Felix se marie et qui plus est, cette fois avec l’une des plus vieilles amies de 007. Bond s’affaire à trouver une fille avec qui repartir le soir au mariage et cela faisait cinq années que Leiter attendait que Sanchez vienne aux États-Unis. Lupe Lamora a remporté le concours de Miss Galaxie, Pam a passé deux ans dans l’armée de l’air américaine en tant que pilote et le prénom de Truman-Lodge est William.

Au point de vue des différences, James Bond ne saute pas en parachute avec Felix après avoir capturé Sanchez. Le lecteur n’assiste pas directement à l’interrogatoire de Sanchez mais l’apprend dans un dialogue entre Felix et Killifer, par ailleurs on apprend que ce dernier est le traître en même temps que Bond. Plus étonnant, on n’assiste pas à la mutilation de Leiter, celle-ci est uniquement décrite lorsque Bond se l’imagine après avoir découvert le corps de son ami. Le requin a principalement mutilé les membres artificiels de Leiter ainsi que la chair et les os au niveau des moignons.

007 n’utilise pas un Walther PPK mais un P38K. Une scène a été ajoutée où Bond pose l’hydravion en prenant soin d’éviter les autorités avant de se rendre à un hôtel (un certain David Wolkovsky est mentionné durant ce passage mais il n’est étrangement pas précisé s’il s’agit ou non du même que celui du roman Scorpius). Les gadgets sont très légèrement différents, il n’y a pas d’appareil photo laser et le détonateur est en forme de stylo au lieu d’être un paquet de cigarettes. Bond pose également des micros dans le bureau de Sanchez, c’est d’ailleurs comme cela qu’il apprend la combine avec l’émission du professeur Joe.

Gardner offre également le point de vue de Pam pour la scène où elle suit en avion le convoi jusqu’au Temple de la méditation et 007 ne fait pas de roue arrière avec le camion. Les Stinger sont remplacés par d’autres lance-missiles de type prototype et Q débarque avec la cavalerie en hélicoptères au Temple de la méditation.

Personnages principaux

  • James Bond
  • Franz Sanchez
  • Pam Bouvier
  • Lupe Lamora
  • Milton Krest
  • Dario
  • William Truman-Lodge
  • Felix Leiter

Anecdotes

Après une longue période d’absence d’une dizaine d’années, les novélisations reviennent sous la plume de John Gardner. Dans une interview avec Raymond Benson, Gardner explique que Albert Broccoli était à l’origine de cette démarche et qu’il a approché Glidrose pour leur expliquer que le titre du prochain film serait Licence Revoked (l’ancien titre de Licence to Kill). Glidrose a souligné que ce titre était un peu trop proche du roman Licence Renewed (Permis renouvelé) et Cubby a répondu qu’il pensait que Gardner aimerait en écrire la novélisation « et nous serons ainsi tous une seule grande famille heureuse »…

Après avoir terminé Permis de tuer, Gardgner ne souhaitait plus écrire de novélisations car il n’avait pas trouvé l’expérience amusante, notamment à cause du fait que le script du film changeait « quotidiennement ». Gardgner changera toutefois d’avis et reviendra pour GoldenEye.

L’auteur : John Gardner

JohnGardner


Titre de travail : Licence Revoked

Arme de service principale : Walther P.38K

Pays principaux : États-Unis (Floride), Isthmus (pays fictif)


Articles sur le sujet

Le + de CJB : Les novélisations de John Gardner

Guide des éditions françaises

Novelisation-3
Plus d’infos sur les éditions FR

Éditions étrangères notables

En 2013, Orion publie sous forme de livre électronique un recueil de tous les romans de James Bond écrits par John Gardner (dont ses novélisations). Celui-ci est intitulé James Bond: The John Gardner Years.

Couvertures prototypes

crohp



Laisser un commentaire


Laisser un commentaire