On ne vit que deux fois – 1964

On ne vit que deux fois

You Only Live Twice est le onzième roman bondien de Ian Fleming et le dernier à paraître de son vivant, il a été publié au Royaume-Uni le 26 mars 1964. La traduction française est parue sous le titre de On ne vit que deux fois. Il s’agit du dernier titre de la trilogie Blofeld.

Synopsis

James Bond n’est plus que l’ombre de lui-même. La perte brutale de Tracy, assassinée quelques heures après leur mariage, l’a détruit intérieurement. M songe à le radier du SIS mais sir James Molony, neurologue, conseille de lui laisser une dernière chance. Il pense en effet qu’une mission pratiquement impossible à accomplir pourrait ressusciter l’agent hors pair qu’était Bond. M se laisse convaincre et lui confie une mission diplomatique, sous le matricule 7777.

Bond doit convaincre le chef des services secrets japonais, Tigre Tanaka, de livrer à l’Angleterre une machine à déchiffrer les codes russes : la Magic 44. Après avoir jaugé Bond, le Japonais accède à la requête des Britanniques. Mais en échange, Bond doit s’infiltrer dans un château près de Fukuoka et y éliminer les propriétaires, le Dr. Guntram Shatterhand et sa compagne. Ceux-ci ont créé, avec la complicité d’anciens membres de la société du Dragon noir, un jardin rempli de plantes vénéneuses. Des Japonais suicidaires viennent y pénétrer pour y trouver une mort certaine.

Cependant 7777 va vite se rendre compte que cette nouvelle mission va lui donner aussi l’occasion de se venger d’Ernst Stavro Blofeld…

– Comment trouvez-vous ceci, Tigre ? Ça a exactement autant de signification que ce qu’écrivait le vieux Basho et c’est plus vigoureux. Il lut :

On ne vit que deux fois :
La première lorsque l’on naît
Et la seconde lorsque l’on est face à la mort

– Mais c’est excellent, Bondo-san dit Tigre, en frappant dans ses mains d’un air vraiment ravi. Très sincère.

Ian Fleming
On ne vit que deux fois

Personnages principaux

  • James Bond
  • Ernst Stavro Blofeld
  • Kissy Suzuki
  • Tiger Tanaka (VO), Tigre Tanaka (VF)
  • Irma Bunt
  • Dikko Henderson

Anecdotes

À propos de ce roman, Fleming écrit : « Je me suis rendu au Japon à deux reprises et, la seconde fois, comme un biographe consciencieux, j’ai suivis d’aussi près que la prudence le permettait, les traces de James Bond. J’étais accompagné par les deux enquêteurs experts à qui ce livre est dédicacé – le premier est le représentant d’Extrême-Orient du Sunday Times [Richard Hughes], et l’autre [Torao « Tiger » Saito] est le rédacteur en chef de cette distinguée revue annuelle This is Japan publié par Asahi Shimbun. Mais, sans ces deux amis à portée de main, et mon effort pour faire justice aux excitations et circonstances extrêmement étrangères que James Bond aurait certainement connues, au cours de l’écriture proprement dite de ce livre j’ai eu très occasionnellement recours à quatre œuvres de référence récentes sur le Japon, toutes, pour une meilleure compréhension du contexte de la périlleuse entreprise de James Bond. Je les recommande vivement : Meeting with Japan de Fosco Maraini, Hekura: The Diving Girls’ Island de Fosco Maraini, The Heart of Japan de Alexander Campbell, The Horned Islands de James Kirkup ».

La nécrologie de Bond contient plusieurs traits de la vie de Fleming. Ian a eu des problèmes avec les voitures et les filles à Eton, ce qui a failli le faire expulser de l’école. L’identité de la mère de Bond, Monique Delacroix, vient du nom d’une fille avec qui Fleming voulait se marier dans les années 1930, Monique Panchaud de Bottomes. La propre mère de Fleming, Evelyn St Croix Rose, s’était notamment opposée à ce mariage. Charmian, la tante de Bond, est repris d’un nom de l’un des membres de la famille Fleming. Dans le roman elle vient du Pett Bottom (mélange de la sœur de la vrai Charmian « Pet » et Monique Panchaud de Bottomes), qui est aussi un village où Fleming aimait déjeuner après une partie de golf.

Ian Fleming a ajouté une mention « After Basho », pour dire que le haïku On ne vit que deux fois a été rédigé dans le style de ce poète itinérant japonais du XVIIe siècle. Ceci peut prêter à confusion, en effet, bon nombre de personnes pensent donc qu’il a été écrit par Matsuo Bashō. En fait, c’est Ian Fleming lui-même qui l’a créé, pour les besoins de son livre. Dans le roman, James Bond invente ce haïku. Cependant Tanaka lui précise que retranscrire son idée en Japonais en respectant les 17 mores conventionnelles serait impossible.

L’un des titre envisagé pour le 24 éme film de Bond par EON (007 Spectre) était The Death Collector, en référence titre du septième chapitre du roman On ne vit que deux fois.

On ne vit que deux fois a été adapté en film en 1967, mis à part les noms de certains personnages, le cadre japonais, et la fausse mort de Bond, le scénario du film ne reprend pas grand-chose du roman original. L’équipe du film a notamment justifié ceci par l’incapacité de trouver au Japon un château ressemblant à celui que décrivait Fleming. D’un sens le coup du volcan est pas mauvais puisque Fleming avait à l’origine prévue « a live volcano for suicides » pour son roman.

L’auteur : Ian Fleming

Ian-Fleming-Japoni


Arme de service principale : /

Voiture : « Bentley Convertible »

Pays principaux : Japon


Articles sur le sujet

/

Guide des éditions françaises

Plus d’infos sur les éditions FR

Éditions étrangères notables


latest



Laisser un commentaire


Laisser un commentaire