Motel 007 – 1962

Motel 007

The Spy Who Loved Me est le neuvième roman bondien de Ian Fleming, il a été publié au Royaume-Uni le 16 avril 1962. Le titre original donne littéralement L’Espion qui m’aimait, cependant c’est uniquement le sous le titre Motel 007 que le roman a été traduit en français.

Motel 007 est une exception dans la saga littéraire de l’agent 007, puisque c’est le seul à avoir une narration à la première personne (renvoyant à une jeune femme prénommée Vivienne Michel). En outre, c’est cette même Vivienne Michel qui est personnage le principal du roman ; James Bond n’est qu’un personnage secondaire qui n’appairait dans l’intrigue seulement après la première moitié du livre.

Synopsis

L’action débute en octobre, dans le Motel des Sapins Rêveurs (Dreamy Pines en VO), quelque part dans les Adirondacks. C’est la fin de la saison et les gérants des lieux, les Phancey, ont laissé le bâtiment sous la garde d’une jeune Canadienne de 23 ans, Vivienne Michel, jusqu’à ce que le propriétaire des Sapins Rêveurs, un certain M. Sanguinetti, vienne récupérer les clefs le lendemain. Mais dans la soirée, alors qu’elle ressassait ses souvenirs, une tempête éclate et deux hommes menaçants font irruption dans le motel. La jeune Canadienne ne tarde pas à se rendre compte que ces deux individus sont des gangsters et qu’ils sont venus dans un but bien précis. La situation empire rapidement pour Vivienne, mais l’arrivée soudaine et inattendue d’un sauveur providentiel va changer la donne…

Le livre se divise en trois parties au cours desquelles les principaux personnages apparaissent au fur et à mesure. Dans la première partie, Moi, Vivienne Michel, narratrice et personnage principal du roman, nous raconte son enfance, son adolescence, ses amours ainsi que la façon dont elle a atterri au Motel. Eux, la seconde partie, introduit les deux gangsters et enfin la troisième et dernière partie, Lui est marqué par l’arrivée de James Bond au Motel des Sapins rêveurs.

Mon nom est Vivienne Michel ; à l’époque où je me trouve au motel des Sapins Rêveurs, assise dans un fauteuil, en train de revivre mon passé, j’ai vingt-trois ans et mesure un mètre soixante-cinq ; j’ai toujours cru que j’avais une jolie silhouette jusqu’au jour où, à Astor House, les filles anglaises m’ont dit que mon derrière était trop proéminent et que je devrais porter un soutien-gorge plus serré.

Ian Fleming
Motel 007

Personnages principaux

  • Vivienne « Viv » Michel
  • James Bond
  • Sluggsy Morant et Sol « Horreur » Horowitz : deux gangsters envoyés au Motel des Sapins Rêveurs.

Anecdotes

La version américaine du roman se voit doté d’une préface que voici :

POUR MES LECTEURS :

J’ai trouvé ce qui suit sur mon bureau un matin.

Comme vous allez le voir, il apparaît qu’il s’agit d’une histoire à la première personne d’une jeune femme, évidemment belle et non incompétente dans l’art de l’amour.

Selon son histoire, il apparaît qu’elle a été impliquée, de manière périlleuse et romantique, avec le même James Bond dont je raconte de temps à autre ses exploits aux services secrets.

Le manuscrit était accompagné d’une lettre signée « Vivienne Michel » dans laquelle elle m’assurait que ce qu’elle avait écrit était la vérité absolue et qu’elle venait du fond de son coeur.

J’étais très intéressé par cette vision de James Bond, par le mauvais bout de la lorgnette, pour ainsi dire, et, après l’obtention de l’autorisation pour certaines infractions mineures de l’Official Secrets Act, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai parrainé sa publication.

Ian Fleming
The Spy Who Loved Me

Le titre du roman fait écho au passage suivant :

Peut-on être bête ? Qu’y avait-il donc à dramatiser au sujet de cet homme nu qui reposait à mes côtés ? C’était un agent secret professionnel qui avait fait son travail. Il était entraîné à tirer des coups de feu, à tuer des gens. Qu’y avait-il là de si merveilleux ? Brave, fort, impitoyable avec les femmes – telles étaient les qualités qui allaient avec sa profession – c’est pour cela qu’on le payait. C’était simplement une sorte d’espion, un espion qui m’avait aimée. Même pas, qui avait couché avec moi. Pourquoi en faire mon héros, jurer de ne jamais l’oublier ? Je fus sur le point de l’éveiller pour lui demander : « Sais-tu être gentil ? Sais-tu être bon ? ».

Ian Fleming
Motel 007

Dans le manuscrit original (seulement 113 pages, soit le plus court de Fleming), le premier chapitre ne s’intitulait pas « Scaredy Cat » mais « Dusk that Evening ». Un des vilains devait à un moment dire : « I don’t let no muzzlers hit me in face with no chirps ». Par ailleurs le roman devait se terminer par la ligne suivante : « This was a man ! ».

Quelques années après sa publication, le roman a été publié dans le magazine Stag sous le titre de Motel Nymph. Un extrait fut apparemment aussi publié dans le magazine Man’s en 1962 sous le titre de First Affair.

Tout comme Vivienne Michel, Fleming aurait perdu sa virginité au Royalty Kinema. Par ailleurs, le passage où Vivienne dit que Derek l’a amené près de Bray où il ont fait du bateau avec un gramophone est très réminiscent de la vie de Fleming, lorsqu’il faisait la même chose avec l’une de ses petites amies (Peggy) dans les années ’20.

L’accueil du roman a été si mauvais que Fleming a écrit à Michael Howard de Jonathan Cape pour expliquer pourquoi il l’avait écrit ainsi : « je suis devenu de plus en plus surpris de constater que mes thrillers, qui avaient été conçus pour un public adulte, étaient lus dans des écoles, et que les jeunes faisaient de James Bond un héros. […] Alors écrire un récit édifiant sur Bond a traversé mon esprit, histoire de remettre pendules à l’heure, particulièrement pour les jeunes lecteurs. […] L’expérience a visiblement vraiment mal tourné ». Fleming a ensuite demandé qu’il n’y ait pas de réimpressions ou de version de poche du livre. Par ailleurs, lorsqu’il vendit les droits d’adaptation cinématographique de ses romans à EON, Fleming leur dit que pour The Spy Who Loved Me, ils n’avaient pas le droit d’utiliser l’intrigue du roman, mais seulement le titre. C’est pour cela que le film L’espion qui m’aimait de 1977 n’a absolument rien à avoir avec l’œuvre originale.

L’auteur : Ian Fleming

Fleming1


Véhicules : Vespa (Vivienne), Ford Thunderbird (Bond, voiture de location).

Pays principaux : États-Unis (Motel des Sapins Rêveurs, situé dans les Adirondacks, État de New York)


Articles sur le sujet

/

Guide des éditions françaises

Plus d’infos sur les éditions FR

Éditions étrangères notables


motel-nymph-stag-4vg

motel-nymph-stag-magazine james bond spread

motel-nymph-stag-magazine james bond spread-2

motel-nymph-stag-3

motel-nymph-stag-4



Laisser un commentaire


Laisser un commentaire