Le Visage de la mort – 1998

02_Benson_The_Facts_Of_Death

The Facts of Death est un roman écrit par Raymond Benson qui fut publié pour la première fois au Royaume-Uni le 7 mai 1998. Il s’agit de quatrième aventure de James Bond écrite par l’auteur. Le roman est sorti en français aux éditions Gérard de Villiers (2000), sous le titre Le Visage de la mort, avec une traduction signée Pascal Loubet.

Synopsis

Charles Hutchinson, grand diplomate anglais et amant de M, est la victime d’un mystérieux « Tueur aux nombres » qui avait déjà sévi à trois reprises en Grèce et sur des bases militaires britanniques de Chypre. James Bond est alors envoyé au Texas pour retrouver le fils de ce dernier. Mais il est loin de se douter, ainsi que son éternel ami Felix Leiter, que cette piste les mènera à des trafiquants d’armes qui fournissent la Décade (The Decada), société secrète planifiant ses actions terroristes selon le modèle de l’antique tetraktys de Pythagore, en armes chimiques et biologiques. Constantin Romanos, le chef de cette organisation, et les neuf autres membres comptent ainsi arriver à leurs fins, en dix attaques. De retour en Grèce, 007 qui est épaulé par Niki Mirakos des services secrets grecs, va tenter de retrouver la piste où il l’avait laissée en Amérique. D’un laboratoire pharmaceutique athénien jusqu’à Lefkosia, capitale de la RTCN (République turque de Chypre du Nord), des ruines de la Grèce antique au QG des disciples modernes de Pythagore, James Bond et ses alliés parviendront-ils à stopper le plan mathématiquement diabolique de La Décade et ses membres les plus redoutables ?

Bond acquiesça. Il connaissait le dossier. Christopher Whitten était un agent du MI6 à Athènes. La police grecque avait découvert son corps étalé sur les marches du temple de l’Héphaisteion, dans l’ancienne Agora près de l’Acropole. La mort était due à un poison non identifié, mais les toxicologues pensaient qu’il s’agissait de ricine, un composé chimique extrait du ricin commun.
Dans les trois cas, les assassins avaient peint un nombre auprès des corps. Un 1 gribouillé sur une pierre près de la tête de Whitten. Un 2 peint sur la caserne de Dhekelia, où était mort le premier groupe de soldat. Le massacre d’Episkopi partageait un point commun avec celui de Dhekelia : une statuette de dieu grec avait été retrouvée sur les lieux.
– Et maintenant, voici un troisième attentat en quatre jours. On dirait que nous avons affaire à un terroriste ou quelque chose de ce genre… Une section complète et la moitié d’une autre ont été tuées. Ce qui fait trois caporaux et neuf deuxièmes classes, trois équipes de pompiers. C’est arrivé dans la nuit après leur retour de l’entraînement. Que pensez-vous de l’état des corps, Ray ? demanda Ashcraft.

Raymond Benson
Le Visage de la mort

Résumé détaillé

Le roman s’ouvre avec plusieurs décès dus à une mystérieuse épidémie. Nous retrouvons ensuite Bond dans une base militaire de Chypre où il enquête sur une série de trois attentats liés entre eux. Durant son séjour, Bond et un agent secret grec, Niki Mirakos, faillirent être assassinés.

007 revient alors en Grande-Bretagne où il se rend à une soirée chez son ancien patron, Sir Miles Messervy. Au cours de celle-ci, la nouvelle M (Barbara Mawdsley) lui présente son petit ami, Alfred Hutchinson, « ambassadeur de Bonne Volonté de la Grande-Bretagne ».

Peu après qu’ils eurent quitté la soirée, le petit ami de M est assassiné. Ce meurtre semble lié à ceux de Chypre car, comme pour les autres, un numéro et une statue de divinité ont été retrouvés près du corps.

Le fils de Hutchinson, Charles, est injoignable et Bond se rend à Austin (Texas) pour prendre contact avec lui. Sur place, Felix Leiter l’informe que Charles travaille pour une sorte de clinique, une banque du sperme nommée ReproCare (appartenant à une société pharmaceutique d’Athènes, BioLinks Limited). ReproCare aurait des liens avec une organisation terroriste, Les Fournisseurs.

007 se rend chez Hutchinson et trouve le domicile saccagé ; alors qu’il consulte l’ordinateur, il entend des personnes s’approcher : le Dr. Ashley Anderson (la dirigeante de ReproCare) accompagnée d’un homme. Bond décide de filer l’homme et le suit jusqu’à une maison où il aperçoit Charles par l’une des fenêtres. Bond se fait cependant repérer par un chien et part.

James Bond se rend alors chez ReproCare où il aperçoit Charles et, ayant subtilisé une carte d’accès à Ashley Anderson, il décide de revenir sur les lieux après la fermeture. Sur place, 007 découvre que ReproCare a de quoi fabriquer des armes chimiques et biologiques dans ses locaux. Il est surpris par Anderson ; celle-ci lui explique qu’elle travaillait, ainsi que Charles, avec Les Fournisseurs mais qu’elle œuvre désormais pour une « autorité supérieure ». Bond parvient à la neutraliser et, grâce aux renseignements qu’il a obtenus chez ReproCare, le FBI fait une descente sur une planque des Fournisseurs (par la suite toute l’organisation sera démantelée).

En Chypre du Nord, deux autres attentats ont eu lieu avec des armes chimiques et biologiques. Dans un château de Chios, un petit groupe de personnes est en réunion. Il s’agit de La Décade dont le chef s’appelle Constantin Romanos, dit « la Monade » ; ce dernier pense être la réincarnation de Pythagore. La Monade évoque un traître dans son organisation et désigne Charles Hutchinson car celui-ci a prévenu la police lors du dernier attentat. Hutchinson est tué.

Bond se dirige vers Athènes avec pour mission de retrouver Charles et d’enquêter sur Constantin Romanos car la maison où Bond a aperçu Hutchinson à Austin est à son nom. Sur place, il retrouve Niki Mirakos qui lui explique que son service a reçu une lettre de La Décade indiquant qu’il y aurait dix assassinats et qu’elle œuvrait dans le but de réunifier Chypre. Elle lui dit aussi que Romanos a formé la Nouvelle société Pythagoricienne et acquis BioLinks Limited. Un peu plus tard, Niki et Bond sont informés de la découverte du corps de Charles.

En se rendant au siège de la Nouvelle société Pythagoricienne, Bond considère Romanos comme de plus en plus suspect. Il pense que le nombre d’attentats peut avoir rapport avec la Tétraktys de Pythagore ; une photo montre également Romanos en compagnie d’Alfred Hutchinson. Sur la route, trois Ferrari prennent en chasse Bond et Niki. À l’aide des gadgets de la Jaguar XK8 modifiée par la major Boothroyd, Bond parvient à éliminer ses poursuivants.

Bond se rend à un casino situé au sommet du mont Parnès pour y affronter Romanos à une partie de baccara. Lorsque 007 en ressort avec une femme qu’il a rencontrée sur place, Héra Volopoulo, il est agressé par des sbires de Romanos, puis est finalement drogué par Héra. Il parvient de nouveau à échapper à ses agresseurs et se rend à Monemvasia, ville que l’un des hommes de Romanos avait notée comme lieu de rendez-vous dans son agenda.

À Monemvasia, Bond est recapturé par Héra ; celle-ci l’amène à bord du yacht de Romanos. Ce dernier explique à Bond que les dieux communiquent avec lui et lui font connaître leurs ordres. Il dit aussi qu’il va déclencher une guerre entre la Grèce et la Turquie, et qu’il a fait du trafic d’or avec Alfred Hutchinson dans le passé. Romanos laisse Bond avec Héra sur le yacht, celle-ci veut le torturer à l’aide d’un couteau, mais Bond parvient à s’enfuir et à gagner la côte.

De retour avec Niki, M explique à Bond qu’elle a trouvé un message d’Alfred indiquant les cibles de deux des trois attentats : Istanbul et le président de la RTCN (République turque de Chypre du Nord). Ils comprennent que Manville Duncan, le remplaçant d’Alfred Hutchinson, est lié à la Décade.

007 et Niki se rendent à Lefkosia et parviennent à stopper la tentative d’attentat contre le président de la RTCN. Ils vont ensuite à Chios pour trouver le quartier général de la Décade. Niki blessée, Bond s’y rend seul et il est capturé. Sur place, Romanos lui montre un missile Pershing à tête nucléaire qu’il compte lancer sur Istanbul ; cependant il décide de laisser à Bond une chance de l’empêcher de décoller. Pour ce faire, il soumet à 007 un problème mathématique dont la réponse indique la procédure de désamorçage. Toutefois, avant que Romanos puisse partir, il est abattu par Héra. Elle explique à Bond qu’elle a également d’autres plans pour la Décade : notamment créer une épidémie afin que BioLinks Limited vende un vaccin, et ainsi devenir riche.

Une fois tous le monde parti en hélicoptère, Bond arrive à résoudre le problème et désamorce le missile. Avec l’aide de l’armée grecque, Bond parvient à stopper l’hélicoptère de la Décade et à récupérer le vaccin. Plus tard, il informera M qu’Alfred Hutchinson n’était finalement pas lié à la Décade.

Personnages principaux

  • James Bond
  • Constantin Romanos : Grand mathématicien chypriote et chef de La Décade, il prétend que les dieux grecs lui ont confié l’âme de Pythagore pour accomplir leurs desseins. Il s’est surnommé « la Monade ».
  • Niki Mirakos
  • Héra Volopoulo
  • Felix Leiter : James Bond retrouve son éternel allié et ami dans son Texas natal, en compagnie de sa nouvelle compagne, Manuela Montemayor, du FBI.
  • M – Comme dans tous les romans de Raymond Benson, c’est Barbara Mawdsley qui dirige le SIS ; toutefois l’ancien M, Sir Miles Messervy, apparaît brièvement dans le récit.
  • Charles Hutchinson
  • Alfred Hutchinson
  • Ashley Anderson

Anecdotes

Le titre original de Benson pour roman était The World Is Not Enough, mais fut rejeté par Glidrose et les éditeurs qui le considérait pas comme pas assez bondien. Bien qu’il n’ait pas été utilisé pour le titre du livre, The World Is Not Enough fut utilisé comme titre pour le dernier chapitre. Ironiquement, le titre sera utilisé un an plus tard pour le 19éme film de EON Productions (ainsi que pour la novélisation écrite par Benson).

Selon Benson, l’idée de Le Visage de la mort est apparue à cause de son intérêt dans le conflit chypriote et un fan de Bond, Panos Sambrakos, qui a suggéré l’idée d’un mathématicien qui a finalement conduit à Pythagore et tout le reste.

Plusieurs personnages de Le Visage de la mort sont basés sur des amis de la vie réelle de Raymond Benson. Ray Winninger, David Ashcraft, et Tom Zielinski sont tous les amis de l’Illinois et Chicago. Jack Herman, Bill Johnson et James Goodner sont tous les amis du Texas et Austin. Chris Whitten est un ami du Royaume-Uni.

L’auteur : Raymond Benson

Raymond Benson sur l’île de Chios, 1997, durant ses recherches pour le roman.

Raymond Benson sur l’île de Chios, 1997, lors de ses recherches pour le roman.


Titre de travail : The World Is Not Enough

Arme de service principale : Walther PPK et P99

Voiture : Jaguar XK8

Pays principaux : Grèce, États-Unis (Texas)


Articles sur le sujet

/

Guide des éditions françaises

le_visage_de_la_mort

 
Plus d’infos sur les éditions FR

Éditions étrangères notables

En 2010, Pegasus publie un recueil de plusieurs romans et nouvelles de Raymond Benson. Celui-ci est intitulé James Bond: Choice of Weapons et contient : Jour J moins dix, Le Visage de la mort, The Man with the Red Tattoo, Drame d’une nuit d’été et Live at Five.



Laisser un commentaire


Laisser un commentaire